Menu

OPERA BEPANDA SANS PLASTIQUE conference le 24 mai 2018 à 15h dans la salle de fête du CAFRAD à BEPANDA CASMANDO

15/05/2018 - Actualité, Jeunes

sac plastique.jpg-Cameroun – Les statistiques sont claires : plus de 200.000 ha du couvert végétal perdu chaque année à cause de la matière plastique. Des centaines de millions de déchets plastiques inondent nos villes et villages en échouant leur parcours dans les d’eaux et sous la terre.

Ils proviennent des magasins de commerce où ils servent à emballer toute sorte de biens y compris alimentaires. Les spécialistes en environnement estiment ainsi à plus de 15 mille tonnes de déchets non recyclés soit une moyenne de 500 a 1000 milliards d’emballage en plastique par an dans le monde estimation produite par consoglobe.com en France. Une menace grandissante que chaque citoyen au Cameroun contribue à promouvoir à l’échelle nationale, voire régionale, sans s’en apercevoir.

Caractéristiques

Des études scientifiques montrent que les sacs dits à usage unique sont en PEHD ou Polyéthylène Haute Densité, un matériau constitué de 43 % d’éthylène, un dérivé du pétrole brut, et de 57 % de chlore. La matière première de base du chlore étant le sel disponible en quantité quasiment illimitée, on peut dire que la fabrication du plastique fait un usage efficace des ressources naturelles de la planète. Ils nécessitent pour leur fabrication beaucoup d’eau et sont déjà en amont extrêmement polluant. Le PEHD sert aussi à fabriquer les bouteilles opaques, des flacons alimentaires ou produits d’entretien car il est opaque ou translucide, très rigide donc résistant, imperméable aux corps gras et aux produits chimiques.

Leur durée de vie

Si les la durée de vie des emballages plastiques jetables et certains produits en Le chlorure de polyvinyle (PVC) ont une durée de vie de plus de 15 ans, il est admis que la matière plastique met près de 400 ans pour se décomposer alors que leur durée d’utilisation est extrêmement courte, de l’ordre de 20 minutes.

futs en plastique.jpgTrès utiles pour les populations. Mais alors !

Il est sans conteste que les emballages plastiques résistent aux chocs et évitent donc la perte d’aliments, garantissent la fraîcheur des aliments en évitant toute contamination, sont légers, ce qui rend les produits plus faciles à transporter, ils peuvent prendre toutes les formes et même toutes les couleurs, ils sont transparents ce qui permet parfois de voir le contenu et enfin ils ne sont pas très chers. Aussi, « tous les emballages plastiques utilisés dans l’industrie agroalimentaire sont aptes à entrer en contact avec les denrées alimentaires. Sans que cela ne présentent aucun danger pour la santé des consommateurs tant que leur condition d’utilisation sont respectées aussi bien par les professionnels que les utilisateurs » a affirmé le Dr Magloire Tchidjo, gastro-entérologue.

Seulement, à aucun moment, le consommateur ne s’est posé de questions sur le devenir de ces sacs jetables facilitant le transport de nos commissions et mis à la disposition des clients aux caisses des magasins, dans les marchés, à la petite boutique du quartier et au petit commerçant dans la rue.

Des milliards d’emballages sont ainsi distribués chaque année, représentant plus de 15000 tonnes de déchets non recyclés selon une étude menée par TerraEco en France. Au Cameroun les chiffres sont moins connus. Mais l’ampleur des déchets observés dans les rigoles, les ordures ménagères et dans certains grands axes, nous laisse constater tout simplement l’immensité de l’utilisation. Un véritable gaspillage auquel chaque individu prend part! Une pollution à l’échelle de la planète, de la terre aux océans.

Les conséquences sont désastreuses !

Certains experts au Cameroun affirment que 05 des 14 tonnes de déchets non biodégradables sont des bouteilles vides en plastique. Celles-ci encombrent les canaux hydrauliques, réduisent à néant les efforts de curage de caniveaux tout en provoquant de monstrueuses inondations.

Ajouté à cela des sacs plastiques qui, les jours de grands vents, fleurissent routes, terrains vagues, plages en s’accrochant aux grillages et poteaux, dégradant gravement l’environnement sans que les intempéries si violentes soient-elles, ne parviennent à les détruire. C’est une pollution permanente, une nuisance visuelle et profonde, un enlaidissement des cités.

Quelques sacs sont récupérés pour servir de sacs poubelles au quotidien, parce que c’est pratique. Mais ce n’est pas le cas de la totalité …et tous les sacs à usage unique finissent de toutes façons à la décharge où ils ne se dégraderont qu’au bout de centaines d’années ou dans l’incinérateur.

Contrairement à ce qui est écrit sur certains d’entre eux, leur destruction n’est pas sans incidence sur l’environnement : l’incinération produit des gaz à effet de serre qu’il faut réduire rapidement au risque de voir la terre disparaitre à moyen terme comme le montrent tous les indicateurs des études scientifiques à travers le monde entier.

La combustion provoque l’acidification de l’atmosphère et des oxydations photochimiques.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils